Vous êtes ici : Accueil > PRODUCTIONS > IRRIGATION > Charte des bonnes pratiques de l'irrigant

Charte des bonnes pratiques de l'irrigant

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Charte des bonnes pratiques de l'irrigant

Comme nous, les plantes ont besoin d’eau pour se développer. L’irrigation, méthode ancestrale et traditionnelle, permet de satisfaire leurs besoins. Elle est primordiale pour réaliser une production répondant aux normes du marché et aux attentes du consommateur. Si cette qualité n’est pas atteinte, la production est retirée de la commercialisation.

L’eau utilisée est non traitée, non potable et ne crée aucune charge pour la société.

L’utilisation et la gestion de l’eau sont pilotées et raisonnées, grâce à des techniques de précision et du matériel d’irrigation de plus en plus performant.

L’irrigation se fait principalement de jour, avec très peu de pertes par évaporation (source Inrae et Arvalis, instituts techniques nationaux).

L’irrigation, sur l’ensemble du département de l’Aube, est une irrigation restreinte puisque le volume d’eau attribué en début de campagne est insuffisant pour couvrir les besoins des cultures en année sèche. Ce quota restreint est réduit un peu plus en année sèche, puisque des mesures de restriction de l’irrigation s’ajoutent, imposées par la Préfecture, afin de maintenir un niveau satisfaisant des nappes souterraines.

Les mesures de restriction arrivent généralement en juillet-août. Or, c’est la période où les besoins en eau des cultures irriguées sont les plus élevés. Réduire l’irrigation à cette période entraîne un déclassement de la qualité et rend la culture invendable. Les irrigants sont donc obligés de maintenir l’irrigation durant cette période, en dépit de la pression médiatique.

Chaque année, humide ou sèche, et dès le début de l’irrigation, l’irrigant cherchera à économiser l’eau, souvent au détriment de la production (productivité à l’hectare et surface irriguée).

Economiser l’eau est une préoccupation des irrigants et de la société.

Le document ci-joint (Charte des bonnes pratiques de l’irrigant) reprend les pratiques permettant d’économiser l’eau, les obligations réglementaires, et quelques conseils pour maintenir un bon relationnel avec l’ensemble de la société.

Les irrigants de l’ADPIA s’engagent sur ces bonnes pratiques !