Vous êtes ici : Accueil > Etre Agriculteur > Etre bien dans ses bottes > La rubrique de Marguerite > Marguerite - Cinq langages pour dire qu'on s'apprécie

Marguerite - Cinq langages pour dire qu'on s'apprécie

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Les jours rallongent et Gégé passe de plus en plus de temps à mes côtés… J’adore ces moments privilégiés !

Votre Marguerite a décidé de vous parler d’amour car c’est le printemps et ce qui manque un peu dans les discours en cette période d’élections… Peut-être ne parle-t-on pas le même langage de l’amour, les candidats et moi, après tout… A creuser ! Il me reste 2 jours… Après 50 nuances de Gégé, (ça s’est quand il nous tape sur la croupe pour nous faire avancer!), j’ai découvert les 5 langages de l’amour… Je partage !

 

Vous allez peut-être penser : que vient faire l’amour sur une ferme ? C’est une entreprise, on y travaille… Oui,oui, oui…
Pourtant, je vois bien que vous essayez bien souvent de montrer votre affection à vos collègues,parents, enfants, épouses, amis, voisins… Parfois, l’autre le comprend, l’apprécie… Parfois, ça tombe à côté, malgré les efforts fournis… C’est un peu comme si les gens ne se parlaient pas la même langue et ne se comprenaient pas. Et si on apprenait à être polyglotte de l’amour ?

Mardi après-midi, à la radio (parce que Gégé nous laisse la radio pour nous divertir, cf bien-être animal), j’ai entendu une émission intéressante sur « les 5 langages de l’amour ».

J’ai tendu l’oreille car 5 langages différents pour dire à mon Gégé que je l’aime, ça m’intéresse ! Gary Chapman (thérapeute de couples aux USA) après avoir accompagné des milliers de couples en crise a remarqué que les gens exprimaient leur amour avec des langages différents et qu’ils n’étaient pas polyglottes : certains langages ne leur parlaient pas du tout.

Chez mes collègues du troupeau, les paroles valorisantes de Gégé n’ont aucun effet (elles ne parlent pas l’humain en général) mais les cadeaux (des granulés!!! hummm), ça leur parle bien !

Connaître ces formes d’expression d’amour (toucher physique, paroles valorisantes, moments de qualité, cadeaux et services rendus) est essentiel pour bâtir des relations sociales saines et épanouies. En effet, chaque personne dispose d’un langage auquel elle est plus sensible que les quatre autres. Connaître le langage préféré d’une autre personne et concentrer ses efforts à utiliser celui-ci permettra de remplir son « réservoir d’amour » plus facilement. Elle se sentira pleinement aimée et se sentira mieux. Ça paraît tellement évident !!

VENONS-EN AUX 5 LANGAGES :

1. Paroles valorisantes
Les paroles valorisantes (chaudoudoux) sont un langage qui permet d’exprimer notre amour à travers nos mots et de manière très directe (Paroles d’encouragement, Compliments, Mots gentils). Pour certains, aucun cadeau, services, moments ou contact ne remplacera la chaleur éprouvée en recevant un mot tendre, un merci ou un « tu comptes pour moi ». Moi je suis de ceux-là ! J’adore les chaudoudoux !! Les mots d’amour… JE T’AIIIIIMMMMMMME Gégéééééé !!!

2. Cadeaux
J’ai entendu dire une fois une amie de Gégé qu’au moment où elle déballait le cadeau, elle pouvait ressentir tout le temps que l’autre avait passé à choisir ce cadeau. Qu’en l’ouvrant, elle ressentait toute l’affection et la tendresse que l’autre personne avait voulu lui communiquer. Offrir un cadeau peut être extrêmement puissant pour véhiculer de l’amour. A condition que ce soit le langage de l’amour de l’autre. (mon Gégé m’a offert des boucles d’oreilles à la naissance ! Quel gentleman !)

3. Services rendus
C’est une manière concrète, palpable et pas trop gênante de montrer son affection. Prenons l’exemple d’un homme (ou une femme, ne soyons pas sexistes !) qui travaille dur et qui rentre tard tous les soirs pour gagner de l’argent et ainsi subvenir aux besoins de sa famille. Il (ou elle) croit montrer de l’amour pour sa femme (ou son mari) en apportant une sécurité financière (ce qui est important) alors qu’elle (qu’il) ressent le besoin d’avoir des moments de qualité (voir point suivant). La dispute aura lieu tôt ou tard si personne ne comprend ce qui se passe : chacun essaie d’imposer son propre langage de l’amour à l’autre. Gégé me rend service tous les jours, puisqu’il est la nounou de mes enfants, mon homme de ménage, mon médecin, mon cuistot… Il est à mon service bien plus que je ne suis au sien.

4. Moments de qualité
Ce sont ces moments de partage, de rire, de complicité… Les vacances en famille, les repas d’ensilage, le café partagé… J’adore quand les humains s’assoient pour prendre le temps d’un regard, d’un silence à mes côtés. Je me sens tellement aimée dans ces moments-là que j’en ai des frissons dans le filet…

5. Toucher physique
Par une tape dans le dos, un serrage de main, une embrassade ou une bise, on peut communiquer de l’amour. Pour certains le contact physique est une preuve d’amour indispensable (grrr mon beau dragon !)… J’adore quand mon Gégé me caresse la croupe avec tendresse ! (Marguerite, calme-toi !)

DES EXEMPLES POUR COMPRENDRE

Depuis que j’ai entendu parler de ces 5 langages de l’amour, j’observe les humains via cette grille de lecture : Gégé est comme vous l’avez deviné polyglotte. Malgré tout, son langage préféré, c’est « rendre service ». Quand ses enfants viennent lui donner un coup de main à la ferme, il se sent vraiment aimé. Ce n’est pas pour le « travail » qu’ils fournissent mais pour le symbole qu’il représente… C’est pour lui une véritable preuve d’amour.
Son père, Michel parle le même langage, ils se comprennent bien ! Par contre Micheline, la mère de Gégé, parle le langage des « moments précieux » et souffre parfois de ne pas se sentir assez aimée dans sa langue depuis que Gégé ne mange plus avec eux à midi ou parce que Michel ne veut pas partir en voyage avec elle.
Pour la fille de Gégé, Louane, c’est le contact physique, son langage préféré : elle aime les câlins, papouille les chats, les petits veaux…
La soeur de Gégé adore les cadeaux : pour la St Valentin, son mari qui parle le langage “des moments précieux”  avait préparé un petit repas aux chandelles mais n’avait pas pris le temps de lui faire un cadeau… Mauvaise pioche !!! Elle était un peu déçue.

Dans le cadre professionnel, ça marche aussi : le salarié de notre voisin apprécie les paroles valorisantes alors que son patron lui montre qu’il l’apprécie en lui rendant service régulièrement (changer la batterie de sa voiture, lui prêter le tracteur…). Le salarié, ne comprenant pas le langage de son patron, se plaint de son manque de reconnaissance et le patron pense que son salarié pourrait apprécier un peu plus toutes ses marques d’attention.

Au sein de la CUMA, on retrouve des profils différents :
José disait l’autre fois à la réunion : « Avant, on se faisait un repas par an et on buvait un coup ensemble après les réunions, j’avais l’impression de faire partie d’un groupe, je me sentais mieux… Pour moi, ces moments partagés sont indispensables. »
« Bahhh, on n’a plus le temps pour tout ça ! C’est professionnel, la CUMA. » dit Louis agacé. « Toi, il n’y a que le boulot qui compte ! » répondit José.
« On dirait ma femme quand tu dis ça ! Comme si vous ne pouviez pas compter sur moi ! Je bosse pour lui offrir une vie confortable, je ne suis pas au bistro ! Et au sein de la CUMA, je suis le premier à venir donner un coup de main quand vous en avez besoin en cas de panne.»
« C’est vrai, on peut compter sur toi, Louis, merci beaucoup. C’est tellement une habitude qu’on oublie de te le dire. » répondit Gégé.
« Pas besoin de tout ça, Gégé, à charge de revanche ! »
« Ben moi, ça fait du bien d’avoir un peu de paroles positives ! Je suis d’accord, Gégé,quand ça va bien, il faut le dire ! » renchérit Philippe

Après un silence :
« J’aimerais bien qu’on refasse des petits cadeaux aux adhérents, ça serait important pour moi : une casquette, une lampe de poche, un couteau… » marmonna Henri.
« Comme si tu ne pouvais pas t’en offrir tout seul ! » dit José
« Ce n’est pas pareil ! »
« Toi aussi, on dirait ma femme ! Elle peut s’acheter tout ce dont elle a besoin et elle me fait une crise si je ne lui fais pas un cadeau pour son anniversaire ! Moi, je la cajole tous les jours et elle veut un cadeau ! Elle est vénale, je crois ! Et elle me dit que je suis collant et obsédé sexuel car je suis toujours en train de la tripoter… » dit Yves en riant avec son franc-parler habituel.
« Elle a raison ta femme, tu tripotes tout le monde ! » dit Gégé en rigolant.

DICTON DE MARGUERITE

“Pour montrer votre affection : pratiquer le langage de l’autre, c’est tellement plus nourrissant !”

 

Contact

Cécile FOISSEY

Médiatrice et Coach
03.25.35.02.91
cfoissey@remove-this.haute-marne.chambagri.fr